la compagnie

Charte de La Bourlingue Théâtre

Active depuis 2009, l’équipe fondatrice de La Bourlingue Théâtre a toujours envisagé le théâtre comme un voyage en compagnie du mot et du geste vers des imaginaires nouveaux. L’oeuvre théâtrale, dans ce voyage, vient alors questionner la société dans laquelle nous vivons et notre rapport à celle-ci. Nous avons accordé une grande place à l’écriture actuelle et au travail avec des auteurs vivants. La création est au cœur de notre travail de compagnie et est envisagée comme un processus continu et en constante évolution : répétitions / écritures / répétitions / représentations / répétitions.

La compagnie a choisi de travailler jusqu’ici dans ce que l’on appelle la périphérie (en particulier la ruralité). Elle ne s’inscrit pas dans de grands réseaux institutionnels. Plusieurs lieux intermédiaires nous ont accompagné dans nos travaux depuis 2009.
Avec Cendres sur les mains de Laurent Gaudé, en 2011, nous avons commencé un travail autour de la thématique de « la rencontre qui bouleverse ». Celle-ci est devenue centrale dans notre recherche artistique et a guidé les pièces suivantes (à l’exception du jeune public En Kroute!). Le Jeu de Yalta de Brian Friel (2011), L’entre deux de Marie-Christine Mazzola (2012) et LEVITIK de Nicolas Lepont (2013) ont aussi marqué progressivement une volonté d’interroger le rapport du spectacteur avec l’espace théâtral, ainsi que le rapport de l’oeuvre à cet espace.

En 2012 et 2013, nous avons mis en place un théâtre permanent gratuit d’un mois dans des lieux où cette proposition n’existait pas et semblait même improbable. Il s’agit du Théâtre (de) tous Les Jours, le T(d)LJ, qui a lieu dans un lieu unique, différent pour chaque édition, dédié à la recherche et la création, la transmission et la représentation, du matin au soir. Il a été inspiré par l’expérimentation du Théâtre Permanent de Gwenaël Morin à Aubervilliers en 2009. Nous avons découvert à quel point le T(d)LJ est un outil puissant pour favoriser un rapport différent et simplifié entre le public et la création théâtrale.

Un travail important jusqu’ici a été accompli vers les amateurs notamment à travers des ateliers enfants et adultes. Ces ateliers annuels ont permis de jolies expérimentations scéniques et la constitution d’un groupe de fidèles et de passionnés. Désormais nous ne menons plus d’ateliers à l’année mais envisageons le travail avec les amateurs à travers nos créations, sous forme de stages ou pendant les T(d)LJ.
Nous effectuons très régulièrement des lectures-spectacles. C’est une forme légère qui offre la possibilité d’expérimentations dans le jeu.